logo
"   Seul, il allait, regardé par l'infinitude autour et l'Inconnaissable au-dessus. Tout ce qui se cache des yeux mortels pouvait être vu, Tout ce que la pensée, jamais, n'a saisi pouvait être connu : Tout ce que nulle volonté mortelle ne peut oser pouvait être fait. Un mouvement sans limite emplissait une paix sans limite   "
                                                                    Sri Aurobindo (Savitri, Livre II, Chant Un)
igor

À propos d'Igor Wakhévitch
Compositeur
Biographie


Revue de Presse

« Let's Start : un album totalement réussi, totalement achevé. À cent coudées au-dessus de l'habituelle production électronico-planante ! »
Philippe Adler
« L'EXPRESS »

« La musique électronique d'Igor Wakhévitch est d'une construction plus rigoureuse et plus complexe qu'aucune des musiques choisies jusqu'alors par Carolyn Carlson. Cela fait tout un théâtre de rêve où la musique bat d'un battement de cour immense. Les sons qui éclatent vous font passer de ce monde dans un autre »
Pierre Lartigue
« L'HUMANITE »


more

« Sois pour le monde tel un lion d’intrépidité et de souveraineté, tel un chameau de patience et de service, telle une vache de bienfaisance maternelle, tranquille et endurante. Repais-toi de toutes les joies divines comme un lion se repaît de sa proie, mais conduis aussi toute l’humanité dans ce champ d’extase luxuriante, infini, afin qu’elle s’y plonge et y pâture »

Sri Aurobindo
(Pensées et Aphorismes)

igor



igor

À propos d'Igor Wakhévitch

Élève de Marguerite Long, Lucette Descaves, Geneviève Joy-Dutilleux, Françis Poulenc, Igor Markévitch, Olivier Messiaen.

Auditionné par Herbert von Karajan à l'âge de douze ans, études supérieures de musique en classe de piano, d'harmonie, de déchiffrage, de solfège spécialisé, de piano et d'analyse musicale au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

1er Prix de piano à l'unanimité du jury (classe de Lucette Descaves) 1er Prix d'Analyse Musicale (classe d'Olivier Messiaen)

Pionnier de la musique électroacoustique en tant que compositeur, il fait une synthèse entre la musique symphonique, électronique et pop rock au début des années 1970, ami de Pink Floyd, Soft-Machine et de Jean-Michel Jarre avec lequel il co-signe une partition créée au Théâtre National de l'Opéra de Paris en 1972.

Enregistre plusieurs albums 33 tours pour la firme EMI et travaille à de nombreuses créations de sa musique au Théâtre National de l'Opéra de Paris avec la grande chorégraphe américaine Carolyn Carlson.

Plusieurs de ses œuvres sont créées dans de grands festivals internationaux, tels que le Festival d'Avignon (Cours d'Honneur du Palais des Papes), le Festival de Shiraz-Persépolis en Iran (création mondiale en présence effective de Son Altesse Impériale la Shabanouh Farah Palhavi), le Festival de Jérusalem, le Festival des Rencontres Est-Ouest à Mumbai (Inde) organisé par le Gœthe Institute et le National Center of Performing Arts, sans compter des créations au Théâtre de la Ville (Paris), au Grand Théâtre de Genève et à la télévision française (théâtre et danse).

Proche ami de Maurice Béjart, Igor Wakhévitch se passionne pour l'art de la danse classique et contemporaine dès le début de sa carrière, très jeune, à l'âge de dix-huit ans. Il se spécialise dans la création de musique pour la danse contemporaine et collabore avec de nombreux chorégraphes, y compris pour la danse classique Indienne expérimentale.

C’est au cours de cette période de son début de carrière qu’Igor Wakhévitch rencontrera le tout premier et très vite fameux groupe de musique rock psychédélique britannique « Soft Machine » et qu’il se liera d’une grande amitié avec eux, très particulièrement avec Mick Ratledge, David Allen (le fondateur de « Gong ») et surtout avec son grand copain Robert Wyatt (le batteur du groupe) dont la carrière de soliste par la suite marquera profondément le monde musical avec son extraordinaire album « Rock Bottom ». Durant à peu près la même période, Igor rencontre également à titre privé les légendaires « Pink Floyd », la première fois à Saint-Tropez dans leur villa où tous réunis dans un canapé écoutent la musique d’Igor ! … ce qui se poursuivra par la suite par de nombreuses rencontres au cours desquelles ils parlent de musique en général et d’électronique (le groupe présente à Igor tout leur matériel instrumental et synthétiseurs utilisés en concert), ainsi que de la musique d’Igor en particulier, l’incitant vivement à venir travailler avec les musiciens anglais en Grande-Bretagne ! … ce qu’Igor négligera de faire (à son grand regret aujourd’hui), dû à sa rencontre avec Carolyn Carlson et à l’immense travail qu’elle sollicite de lui durant près de dix ans. On le verra par la suite, c’est en Inde qu’il se rendra pour y rester près de trente années durant.

Publié en 1973, le somptueux « Hathor » marque un tournant dans la carrière personnelle d’Igor Wakhévitch. D’une part, ce nouvel album fut enregistré et produit par Philippe Constantin pour le compte d’Atlantic records quelques mois à peine après la première rencontre d’Igor Wakhévitch avec le fameux compositeur américain, pape du minimalisme Terry Riley, et dont les contemporains travaillant dans la même direction se nomment Phil Glass, La Mounte Young, et Steve Reich ! Igor fut extrêmement impressionné par la personnalité musicale et néanmoins extrêmement joviale de Terry Riley, lequel était lui-même profondément et spirituellement plongé dans la musique indienne et la culture de l’Inde, élément qui contribua de façon non négligeable à créer une solide amitié entre Terry et Igor, lequel eut le privilège de travailler de nombreuses semaines en studio avec le grand compositeur américain, pianiste, organiste, saxophoniste, et dont l’influence et la notoriété remontaient à l’époque jusqu’aux groupes de pop music britanniques, notamment les « Who », avec leur titre « Baba O’Riley » sur l’album « Who’s next ». Et ce sera juste après la parution d’ « Hathor » qu’il fut fait appel à Igor Wakhévitch pour composer la musique de l’opéra de Salvador Dali, « Être Dieu » … et que Dali, pour interpréter son propre rôle, se rendra à de très nombreuses reprises (en Cadillac, Igor assis auprès du maître en manteau de vison !) dans les studios d’EMI à Boulogne, près de Paris. Dans les mêmes studios, pendant un mois entier, qu’Igor rencontre toutes les nuits les « Rolling Stones » en séances d’enregistrement de leur nouvel album dans le studio voisin ! Ils se rendent mutuellement visite, passant d’un studio à l’autre et Igor discute fréquement avec Mick Jagger … et nul autres dans les parages que les quatre Rolling Stones et les ingénieurs du son ! Des conditions de rêve pour une telle expérience ! « Hathor » et « Let’s Start » seront dans la production d’Igor Wakhévitch, les deux albums les plus intensément imprégnés d’éléments telluriques, de magie et d’occultisme. C’est d’ailleurs après l’écoute d’ « Hathor » que le grand économiste Jacques Rueff se lie d’amitié avec Igor et lui propose de lui confier la partition d’un projet d’opéra, projet qui ne se réalisera jamais, car Igor part vivre en Inde peu de temps après ! Il sera à jamais marqué par l’Inde où il renoue avec son origine la plus profondément essentielle et considère l’Inde comme le berceau de son âme et le lieu permanent de son esprit.

En outre, Igor Wakhévitch à travaillé sur la chaîne de radio privée française Europe n°1 comme programmateur, puis engagé comme directeur artistique par Eddy Barclay (disques Barclay) ; il lance notamment la carrière du chanteur populaire Daniel Guichard ; puis engagé par Daniel Filipacchi comme Directeur Artistique chez Warner France. Il travaille également comme chroniqueur-journaliste dans l'équipe du fameux producteur de télévision Armand Jammot sur la chaîne de télévision française Antenne 2 (aujourd'hui France 2)

En 1974, il travaille durant de nombreuses semaines en studio avec le peintre Salvador Dali pour l'enregistrement de la partition de l'Opéra-Poème en six parties « Être Dieu » dont il est le compositeur. Le livret est signé Salvador Dali et Vasquez Montalban : Salvador Dali jouant son propre rôle, entouré de comédiens prestigieux, dont Alain Cuny, Delphine Seyrig, Raymond Gérôme, Catherine Allégret, Didier Haudepin, Léon Zitrone.

Igor est le fils aîné du célèbre décorateur de théâtre et de cinéma, opéra, ballet, Georges Wakhévitch : né à Odessa, naturalisé français, Georges Wakhévitch est entré dans l'histoire de la culture par son immense production de décors de théâtre et costumes pour l'opéra, le cinéma (plus de trois cent films) et le ballet : sa carrière internationale prodigieuse se décline sur toutes les grandes scènes du monde : de l'Opéra de Paris à la Scala de Milan, de l'Opéra de Berlin au Festival de Salzbourg, Aix-en-Provence, Grand Théâtre de Genève, Comédie Française, etc. etc. Il est le décorateur appelé par les plus grands noms du théâtre et du cinéma, par les plus grands chefs d'orchestre de son époque, signant décors et costumes pour Peter Brook, Luis Bunuel, Marcel Carné, Jean Renoir, René Clair, Jacques Becker, Gérard Oury, Paul Claudel, Henri de Montherlant, Jean Cocteau, Nicholas Ray, Julien Duvivier, Herbert von Karajan, Serge Lifar, Francis Poulenc, Frank Martin, Pierre Dux, Louis Ducreux, Marcel Achard, André Roussin, Julien Green, Roland Petit, Jean-Louis Barrault, etc. etc.

C'est dans un tel environnement qu' Igor grandit et découvre l'univers de l'art et de la culture. Il passe son enfance et son adolescence nourri par les plus grands artistes de l'époque, les rencontrant en permanence chez lui à Paris ou durant les vacances dans sa ville natale de Saint-Tropez, ou sur les plateaux de cinéma ou de théâtre, lors des répétitions : Jacques Prévert, Pierre Brasseur (son grand ami !), Serge Lifar, Peter Brook, Francis Poulenc (qui lui enseigne ses œuvres pour piano), Christian Bérard (son parrain), Jean Marais et Jean Cocteau, Marcel Achard, Yves Saint-Laurent, Pierre Bergé, André Roussin, René Clair, Herbert von Karajan, Mauric Béjart, Robert Hirsch, Alain Cuny, Zizi Jeanmaire, Yvette Chauviré, Hubert de Givenchy, Rudolph Noureev, Jacques Charon, Georges Descrières, Jean-Louis Barrault et Madeleine Renaud, Igor Markévitch, Marguerite Long, Olivier Messiaen, Henri Dutilleux, etc.

Igor étudie le piano classique au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris sous la direction de Madame Marguerite Long et Madame Lucette Descaves, puis devient l'élève du grand chef d'orchestre Igor Markévitch et du fameux compositeur Olivier Messiaen. Igor obtient un 1er Prix de Piano du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris à l'unanimité du jury à l'âge de 17 ans et ensuite un 1er Prix d'Analyse Musicale.

Il sera ensuite le plus jeune compositeur vivant à être joué au Théâtre National de l'Opéra de Paris (AOR en 1972), il a seulement 24 ans, et plusieurs de ses œuvres seront créées dans le même Opéra de Paris durant les années 1970. Sa discographie en tant que compositeur comporte plusieurs albums 33 tours publiés par EMI Pathé Marconi, ainsi qu'un album sur Atlantic Records (Hathor) et l'enregistrement de son opéra     « Être Dieu », livret de Salvador Dali, interprété par Salvador Dali dans le rôlede Dali. (1974 Universal)

Rencontre en 1975 avec le compositeur minimaliste américain, Terry Riley qui l'introduit à la musique microcyclique et à la cuisine indienne. Igor produit pour la Warner (WEA Filipacchi Music) l'album de Terry Riley, « Les Yeux Fermés ».

Igor compose de nombreus œuvres pour la danse contemporaine, dont la grande chorégraphe américaine Carolyn Carlson qui fait souvent appel à lui à l'Opéra de Paris, La Fenice, etc.

Premier voyage en Inde à l'âge de 24 ans : il séjournera en Inde de façon permanente durant près de trente ans à partir de l'année 1977.

Igor Wakhévitch vit depuis une dizaine d'années en Suisse. Passionné de musique classique Indienne, il crée   « Teental Recitals » (La maison de la Musique Classique Indienne), agence artistique dédiée à la grande tradition musicale de l'Inde. En tant qu'agent, Igor Wakhévitch a travaillé avec les plus grands maestros de l'Inde, notamment le joueur de tabla superstar Zakir Hussain, le légendaire flûtiste Pandit Hariprasad Chaurasia, le prestigieux maestro du sarod Amjad Ali Khan, Pandit Shiv Kumar Sharma (le maître du santour), les grandes voix de l'Inde du Nord, Ustad Rashid Khan, Pandit Ajoy Chakrabarty, Pandit Rajan et Sajan Misra, les Gundecha Brothers, le spectaculaire groupe de percussionistes « Les Tambours Sacrés de l'Inde », le jeune flûtiste prodige Shashank, Kaushiki Chakrabarty, l'une des plus grandes chanteuses de l'Inde contemporaine, etc.

ETUDES
1958 - 1965 : Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris
Premier Prix (à l'unanimité du jury)Classe de Piano.(Professeur : Madame Lucette Descaves)
Premier PrixClasse d'Analyse Musicale et d'Esthétique (Professeur : Maître Olivier MESSIAEN)
Premier AccessitClasse d' Ensemble Instrumental (Professeur : Maître Jacques Février)
Premier PrixClasse de Déchiffrage (lecture à vue)
(Professeur : Madame Geneviève Joy-Dutilleux)
Premier Prix Classe de Solfège spécialiséProfesseur : Madame Berthe Duru-Delacour)
1968 - 1969 : Groupe de Recherches Musicales de l'Office de Radio Télévision Francaise
Formation aux techniques Electroacoustiques pour composition musicale et enregistrement sonore Professeurs : Pierre Schaeffer, Francois Bayle, Guy Rebel


comme Compositeur
"Arachnea" Théâtre des Champs-Elysées - Paris / Grand Théâtre de Genève / Genève Chorégraphie Norbert Schmucki
"Athanor"Palais de Chaillot TNP, Jean Vilar / Paris et plus de deux cent représentations dans le monde entier.
Chorégaphie Norbert Schmucki, "pas-de-deux" créé pour Wilfrid Piollet, Danseuse Etoile, Théâtre National de l'Opéra de Paris, Jean Guizerix, Danseur Etoile,Théâtre National de l'Opéra de Paris
"Logos"Festival d'Avignon / France (ballet et solistes, étoiles)
Chorégaphie Norbert Schmucki, Théâtre National de l'Opéra de Paris
"Ergonia"Festival d'Avignon, Cour d'Honneur du Palais des Papes - France, Chorégraphie Norbert Schmucki Théâtre National de l'Opéra de Paris (ballet et solistes, étoiles)
"Aor"Théâtre National de l'Opéra de Paris (commande du Ministère de la Culture) Chorégraphie Norbert Schmucki Théâtre National de l'Opéra de Paris, Séquences électroacoustiques originales Jean-Michel Jarre. Orchestre Symphonique de l'Opéra sous la Direction de Boris de Vinogradov.
"Les Fous d'Or"Paris - Théâtre de la Ville Chorégraphie Carolyn Carlson
"This"Paris - Théâtre de la Ville Chorégraphie Carolyn Carlson
"This and That"Théâtre National de l'Opéra de Paris (commande de Rolph Lieberman) Chorégraphie Carolyn Carlson et Groupe de Recherches Théâtrales de l'Opéra de Paris
"This"Paris - Théâtre de la Ville Chorégraphie Carolyn Carlson
"The Other"Théâtre National de l'Opéra de Paris (commande de Rolph Lieberman) Chorégraphie Carolyn Carlson et Groupe de Recherches Théâtrales de l'Opéra de Paris
"Human Called Being"Festival International de Shiraz-Persepolis en présence effective de Sa Majesté Impériale la Chabanouh Farah Pahlavi, Impératrice d'Iran. Chorégraphie Carolyn Carlson et G.R.T.O.P.
"The End"Théâtre National de l'Opéra de Paris (commande de Rolph Lieberman) Chorégraphie Carolyn Carlson et Groupe de Recherches Théâtrales de l'Opéra de Paris
"Threads"Festival de Jérusalem / Israël : Jérusalem / Tel-Aviv / Haïfa / Guest Artist de la Fondation Mishkenot Sha'Hananim / Jerusalem, Israël. Chorégraphie, solo de Rina Schenfeld (Batsheva Dance Company Prima Ballerina) et Paris - Théâtre de la Ville
"... of Remembrance"Théâtre des Bouffes du Nord / Paris - Chorégraphie de Peter Morin, Danse solo Peter Morin et Carolyn Carlson
"Probable Paysage"Théâtre National de l'Opéra de Paris Chorégraphie Jean-Christophe Paré Danseur Etoile de l'Opéra de Paris
"L'Orso e la Luna"Teatro de la Fenice Venezia / Italy Chorégraphie Carolyn Carlson
"The Winds of Shiva"Tata Theatre Mumbai - India "East-West Dance Encounters" National Center of Performing Arts and Max Mueller Bhavan-Gœthe Institute Chorégraphie Uttara Coorlawalla
"Echo and Narcissus"Tata Theatre Mumbai - India "East-West Dance Encounters 2 " National Center of Performing Arts Max Mueller Bhavan Gothe Institute Chorégraphie Ileana Citaristi Odissi dance
"Hilda Muramer"Histoire Extraordinaire d'Edgar Poë Mise en scène : Jacques Treboutat, Télévision Française France 2 (ex-Antenne2)
"Memoria"Télévision Française France 2 (ex-Antenne2) Frédéric Lodéon, violoncelle solo et Eve Brenner, soprano. Chorégraphie Jean-Marc Torrès, avec Dominique Khalfouni, Danseuse Etoile du Théâtre National de l'Opéra de Paris
"Ahata-Anahata"Commande de la Fondation Alain Daniélou Rome Italie Rituel Shivaïte pour bande électroacoustique composée pour le " Semantic", clavier électronique microtonal conçu par Alain Daniélou
"The Girl of Sixteen"Chorégraphie Olivier Patey, duo dansé par Olivier Patey, Premier Danseur de l'Opéra National de Paris et Elisabeth Platel, Danseuse étoile de l'Opéra National de Paris. Sri Aurobindo Auditorium, Auroville, Inde / Tata Theatre, Mumbai, Inde.
"HARICHENDRA"Drame écrit, mise en scène et joué par K. Parthasarathy et the World Auroville Youth Theatre, Sri Aurobindo Auditorium, Auroville, Inde. Célébrations officielles en Inde du passage à l'an 2000.


Comme Producteur-Directeur Artistique
1971 - 1972Barclay Records Paris
1972 - 1974Warner-Elektra-Atlantic Records / Paris France WEA Filipacchi Music


Comme Programmateur
1970 - 1971 Europe n° 1 / engagé par Lucien Morisse
1972France Inter Paris


Comme Chroniqueur Journaliste
1974-1976 - "Journal des Jeunes Telespectateurs" (JJT) Antenne 2 (France 2) - "Un sur Cinq" Emissions produites par Armand Jammot Antenne 2 (France 2)


Discographie
"Logos"EMI
"Dr. Faust"EMI
"Les Fous d'Or"EMI
"Hathor"ATLANTIC Records
"Nagual"EMI
"Let's Start"EMI
"Etre Dieu" ("To Be God") UNIVERSAL Records
Opéra-Poème en six parties de Salvador DALI Dans le rôle de Salvador Dali : Salvador DALI, avec Delphine Seyrig, Alain Cuny, Raymond Gérôme, Catherine Allegret, Didier Haudepin, Eve Brenner, Soprano Solo, dans le rôle d' "Anne de Bretagne, Reine de France". Percussion soliste : Sylvio Gualda Ensemble Orchestral et Chours de l'Opéra de Paris Direction : Boris de Vinogradov. Enregistré dans les studios EMI à Boulogne Billancourt (France)


Autres
Producteur du Spectacle "Danses et Chants du Tibet Millénaire": présente pour la première fois en Europe "The Tibetan Institute of Performing Arts" sous le Patronage de Sa Sainteté le XIVème Dalaï-Lama du Tibet, Théâtre du Rond-Point "Renaud-Barrault", Paris (pendant deux mois) Festival de Chateauvallon France Malaga Dance Festival et Huelva Grand Theatre / Espagne

Short biography

IGOR WAKHEVITCH started his career as a brillant student of the "Conservatoire National Superieur de Musique" of Paris, the French most famous musical school.

At the age of 17 years only, he achieved the rare distinction of being unanimously awarded by the prestigious First Prize in Classical Piano and two years later the First Prize in Musical Analysis and Esthetics.

This spectacular student (under the guidance of Maestro Herbert von Karajan and Maestro Igor Markevitch, the prestigious symphonic orchestra conducters) was invited to join the "Analysis Class" of the great composer Olivier MESSIAEN universally acclaimed for his very innovative music, technics of composition in term of rythmes, harmony, orchestration, and the use of song birds in his music, and as having nurtured the most celebrated names in modern music, as Pierre Boulez, Iannis Xenakis, Edgar Varese, etc.

Mutual esteem between "guruji" and his student was evident in their frequent tours together, Igor playing on the piano some of the most difficult pieces of Messiaen, for example, "The Catalogue of Birds Songs" composed for piano.

However, with the passage of time, Igor abandoned his career as a pianist virtuoso to devote himself to musical composition. As a "pionner" of electronic music during the 70' he made important contribution in favour of a synthesis between symphonic and electronic music, sometimes even introducing rock music in his works.

In 1973 he visited India for the first time. This trip proved to be the turning point in his life. During the past forty years, "Igor ji" devoted himself to Indian Culture and secular tradition and was praised for his achievements and contributions by some of the greatest musicians of India, as Ustad Amjad Ali Khan, Ustad Rashid Khan, Pandit Shiv Kumar Sharma, Pandit Hariprasad Chaurasia, Ustad Zakir Hussain, Pandit Ajoy Chakrabarty, Pandit Rajan and Sajan Misra, the Gundecha Brothers, etc.

As Prime Minister in charge of the Government of India, Sri Rajiv Gandhi sent to Igor in May 1989 an official letter to congratulate him for his music: "devoted to the highest values of spirituality and its great commitment to human brotherhood".