logo
"  Les puissants signes dont la terre craint la tension, Tremblante parce qu'elle ne peut pas comprendre Et qui doivent rester voilés en des formes étranges et sublimes, Étaient ici le premier alphabet d'un mental infini Traduisant le langage de la félicité éternelle   "
                                                                                          Sri Aurobindo (Savitri, Livre XI, Chant 1)
logo

Revue de Presse

« HATHOR »
Ce disque vient s’inscrire dans la lignée de Pierre Henry et Spooky Tooth. La musique reste planante au sens allemand du terme. Avec l’emploi intense des synthétiseurs, de percussions et de textes mystiques importants, l’ensemble ne va pas sans rappeler la démarche de
« Tangerine Dream »
ou « Amon Duul ». Dernière précision : le disque est très dur à trouver ! La solution de rechange, écumez les puces nuit et jour, Samedi, Dimanche, qu’il vente ou qu’il neige »
« La Tribune de Genève »

« On ne peut plus parler d’un spectacle de Carolyn Carlson sans penser aussi à Igor Wakhévitch pour la musique »
Anne Surger
« Le Quotidien de Paris »

« La musique d’Igor Wakhévitch est une véritable architecture qui apporte son soutainement à l’édifice »
Jean-Claude Diénis
Les Saisons de la Danse


more

« Ne t’imagines point que quand tu te seras débarrassé de la pauvreté matérielle, les hommes seront toujours heureux ou satisfaits, ni que la société sera débarrassée de ses maux, de ses troubles et ses problèmes. C’est seulement une première nécessité, et la plus basse. Tant que l’âme au-dedans reste imparfaitement organisée, il y aura toujours, au-dehors, de l’agitation, du désordre et des révolutions »

Sri Aurobindo
(Pensées et Aphorismes)


Shop

Back to Shop

« LES FOUS D'OR »
« LES FOUS D’OR » (1975)

« Cornerstone »
TWILIGHT AND CALL OF THE ASCENDING SPIRITS (5:50)
ARRIVAL OF THE MAGIC DOLL (3:03)
RITES OF THE DOLL (8:04)

« Les Fous d’Or »
HENRY THE DOLL’S FOOL (3:00)
EVE SPEAKS (1:55)
RITUAL OF THE DOLL’S MASTER (13:09)

« Les Fous d’Or » : paru sous le label EMI en 1975 et logé dans une fantastique couverture surréaliste spécialement créée par son père, le très célèbre décorateur de théâtre français d’origine russe Georges Wakhévitch, l’album introduit avec panache et conviction le début d’une nouvelle période marquée par la longue collaboration du jeune compositeur avec la grande danseuse-chorégraphe américaine Carolyn Carlson, la star de « Alvin Nikolais Dance Company ». L’album montre également la progression d‘ Igor Wakhévitch en des terrains et espace sonores encore plus ésotériques et lyriques : abandon de la part de l’artiste de la véhémence de ses trois premiers albums pour de plus apaisés, bien que nous introduisant toujours en de ténébreuses, mystérieuses et étranges régions, imprégnées d’occultisme. Divisé en deux parties (les deux faces du disque, « Cornerstone » et « Les Fous d’Or »), la totalité de l’album transpire d’atmosphères perturbantes, surréalistes et oniriques à la fois, rehaussées par des introductions parlées (la voix du compositeur lui-même) tout au début d’une succession d’envoûtantes compositions électroniques allant du subtil à l’hypnotique. Rugissements et cris d’animaux ou de voix humaines, délires parlés ou chantés (la poupée folle) avec la voix incroyable et follement amusante parfois de la soprano colorature sur cinq octaves Eve Brenner (travaillant avec Boulez, Xenakis, Berio, etc.) : trompette associée aux éléments déchaînés, séquences vocales délirantes, claquements et autres ferraillements d’instruments métalliques (le tout mélangé au shaker électronique) produisent un résultat autant envoûtant que déstabilisant, véritable point de repère pour l’auditeur dans le parcours musical d’ Igor Wakhévitch et un tournant qui évoluera tout au long de futurs albums. Six différents morceaux se trouvant sur cet album qui semblent prendre leur envol où « Aurore » - figurant sur
« Hathor », l’album suivant publié par Atlantic Records - nous quitte … avant de nous transposer dans une paysage totalement fou et déconnecté, comme faisant écho à la folie de « Docteur Faust », mais cependant d’une perversité plus étrange et subtile encore.

Sideris Music records MA-1403



Information : les albums d’Igor Wakhévitch proposés à la vente sur cette page pourront être commandés à partir de Mai-Juin 2015 via le processus de paiement Paypal